Hispanística XX

Collection dirigée par Bénédicte Brémard

 

Conseil scientifique

Guy Abel (Université Grenoble III)

Jean-François Botrel (Université Rennes II)

Bénédicte Brémard (Université Dijon)

Maria Teresa Cattaneo (Milan)

Anne Charlon (Dijon)

David Crémaux-Bouche (Grenoble III)

Hélène Fretel (Dijon)

Nathalie Galland (Dijon)

Marie-Madeleine Gladieu (Reims)

Pierre-Paul Grégorio (Dijon)

Cécile Iglesias (Dijon)

Luis Iglesias Feijoo (Saint-Jacques de Compostelle)

Aline Janquart-Thibault (Dijon)

Emmanuel Larraz (Dijon)

Éliane Lavaud-Fage (Dijon)

Jean-Marie Lavaud (Dijon)

Benoît Mitaine (Montpellier)

Laureano Montero (Dijon)

Dorita Nouhaud (Dijon)

Catherine Orsini-Saillet (Grenoble III)

Alexandra Palau (Dijon)

Evelyne Ricci (Paris III)

Stephen G. H. Roberts (Nottingham)

Judite Rodrigues (Dijon)

Serge Salaün (Paris III)

Jean-Claude Seguin (Lyon II)

Eliseo Trenc (Reims)

Francisca Vilches De Frutos (CSIC)

Jean-Claude Villegas (Dijon)

Marie-Claire Zimmermann (Paris IV).

 

Autres membres

Ángel Abuín González (Saint-Jacques de Compostelle)

Jean-Paul Aubert (Nice-Sophia Antipolis)

Manuel Aznar Soler (Barcelone)

Túa Blesa (Saragosse)

Jean-Pierre Castellani (Tours)

Dru Dougherty (Californie, Berkeley)

Wilfried Floeck (Giessen)

José Manuel González Herrán (Saint-Jacques de Compostelle)

Anne-Marie Jolivet (Paris)

Jean Tena (Montpellier III)

Georges Tyras (Grenoble III)

Darío Villanueva (Saint-Jacques de Compostelle)

Alet Valero (Toulouse-le Mirail)

Cécile Vilvandre (Ciudad Real)




La collection Hispanística XX propose, avec un rythme annuel, des travaux académiques de chercheurs portant sur le monde hispanique contemporain (XXe et XXIe siècles). Chaque numéro thématique réunit et croise des études, en variant les perspectives, qui proposent un éclairage sur toutes les grandes problématiques qui traversent les aires hispanophones. Ainsi accueille-t-elle des travaux signés par des historiens, des spécialistes de littérature, cinéma, arts de la scène, arts visuels mais aussi de formes artistiques hybrides ou intermédiales... Elle est le résultat des travaux de l’association Hispanística XX, réseau d’hispanistes créé à Dijon en 1983, sous l’impulsion de la Professeure Éliane Lavaud.

Bénédicte Brémard est Professeur d’Espagnol à l’Université de Bourgogne (Dijon). Spécialiste de cinéma et audiovisuel du monde hispanique, elle est l’auteur de nombreux articles et ouvrages dont Pedro Almodóvar : Tout sur ma mère (Neuilly, Atlande, Collection Clefs Concours, 2022), En construcción de José Luis Guerin. Filmer Barcelone au tournant du siècle (Éditions Universitaires de Dijon, Collection Essais, 2019) et Enfances et adolescences dans le cinéma hispanique (Éditions Universitaires de Dijon, Collection Sociétés, 2016).

Elle préside l’Association Hispanística XX depuis 2019.

 

ISSN : 0765 - 5681

Filtres actifs

  • PARA NO VER MÁS...

    Prix 29,95 €

    Catherine Orsini-Saillet & Emmanuel Le Vagueresse (ed.)

     

        Tras la muerte de Javier Marías, la asociación Hispanística XX ha querido rendir homenaje a esta figura mayor de las letras españolas dedicándole el número 40 de su colección. Grandes especialistas aceptaron colaborar y gracias a ellos este volumen completa la ya imponente bibliografía sobre este escritor singular y polifacético. Nueve estudios y una coda, firmados por A. Grohmann, A. Candeloro, C. Cristini, E. Pittarello, M. Borel, I. Cuñado, J. Sánchez Zapatero, C. Pérès, V. Piéplu y E. Le Vagueresse, dan cuenta de la variedad, la coherencia y la riqueza de una obra inagotable. Versan sobre piezas que son verdaderas piedras angulares de la obra de Javier Marías (Todas las almas, Negra espalda del tiempo, Tu rostro mañana), con especial atención al díptico final, Berta Isla y Tomás Nevinson, sin olvidar el interés por la traducción. Se pone al descubierto una serie de vías o pasadizos que conducen a otras novelas del mismo autor o entroncan con autores universales y emergen los rasgos que singularizan la narrativa de Javier Marías: la digresión, la hibridez, la compleja configuración del tiempo, el papel de la memoria y de las imágenes, la intermedialidad, la inter o intratextualidad, la presencia relevante de los personajes recurrentes.

     

    Autores : Murielle Borel, Antonio Candeloro, Corinne Cristini, Isabel Cuñado, Alexis Grohmann, Emmanuel Le Vagueresse , Catherine Orsini-Saillet, Christine Pérès, Valentine Piéplu, Elide Pittarello, Javier Sánchez Zapatero.

     

    Índice y resúmenes en bas de page (Extraits)

  • EMPREINTES D'AILLEURS...

    Prix 29,95 €

    Bénédicte Brémard & Alexandra Palau (Ed.)

     

    Les pays de langue espagnole ont connu depuis le XXe siècle différentes vagues migratoires : de l’exil politique aux migrations économiques, au sein du monde hispanophone ou en contact avec un Ailleurs linguistique (Europe, Amérique du Nord, Afrique, etc.).

    Quelles empreintes culturelles ces mouvements migratoires et cette présence linguistique laissent-ils dans les territoires qui accueillent ces mouvements d’allers-retours ? Quelles transformations induisent-ils sur les imaginaires sociaux et nationaux ? Dans une société multiculturelle, l’identité est-elle choix, héritage ou simple reflet d’un manque ?

    Face à une logique de l’effacement et de l’invisibilité de la condition d’étranger, cet ouvrage a pour objectif de rendre compte de la complexité mais aussi de la richesse de ces processus d’hybridation qui impliquent rencontres/interactions culturelles et reconnaissance de l’altérité.

    À travers la littérature, la civilisation, les arts visuels et la linguistique, les quatorze contributions de ce volume tentent d’ouvrir un espace vers l’Ailleurs et soulèvent de nouveaux questionnements. L’art peut-il vraiment dénoncer les injustices ou simplement les représenter ? Peut-il changer le monde – ou tout au plus notre perception du monde ? Parler de l’Autre, ou pour l’Autre, n’est-ce pas déjà, un peu l’utiliser ?

    Auteurs : Carmen Becerra, Carmen Bellas, Alberto Berzosa, Bénédicte Brémard, Brice Castanon-Akrami, David Crémaux-Bouche, Flora Guinot, Émilie Guyard, Miguel Ángel Hernández, Nadège Juan, Emmanuel Le Vagueresse, Laureano Montero, Catherine Orsini-Saillet, Alexandra Palau, Myriam Roche, John D. Sanderson.

    Introduction et Sommaire en bas de page (Extraits)

  • ESPAGNE, TERRE...

    Prix 29,90 €

    B. Brémard, A. Palau (Dirs.)

    Alors qu’au début des années 2000, l’Espagne est le principal pays récepteur de population migrante en Europe, la crise économique de 2008 remet en question l’image d’une « Espagne, terre d’accueil ». Enjeu politique, économique et humain, l’accueil des migrants devient l’objet de discours qui s’opposent, entre connotations positives (exaltation de la solidarité) et négatives (spectre de l’invasion face au repli nationaliste ou sécuritaire). L’opinion publique sur la question de l’immigration se reflète dans les mouvements politiques, les médias et les pratiques artistiques, mais elle évolue aussi grâce aux imaginaires véhiculés par ceux-ci. Et l’imaginaire n’est pas forcément le même selon la terre d’origine du migrant : Europe de l’Est, Afrique ou Amérique hispanique.

    Avec pour objets d’étude les discours politiques et média­tiques mais aussi le roman, le théâtre, les arts visuels et nombre de formes hybrides, les contributions de ce volume, regroupées en trois parties – « Exclusion et cloisonnement : représentations politiques et artistiques de la frontière », « Immigration et interculturalité : la perception des médias », et « La figure du migrant : imaginaires et constructions littéraires » –, proposent de réfléchir à des questionnements qui, en ce début de XXIe siècle, trouveront échos et correspondances bien au-delà de la péninsule ibérique.

    Auteurs : B. Brémard, C. Dutoya-Desmoulière, A. Fernández García, S. Godsland, A. Palau, I. Ouadi-Chouchanme, J. Rodrígues, P. Turrión Borallo.

  • PRENDRE CORPS, DIRE LE...

    Prix 34,90 €

    B.  Brémard (Dir.)

    Que représente le corps dans le monde hispanique contemporain ? Contrôlé voire anéanti ou effacé par des régimes totalitaires, libéré jusqu’à l’excès par la fin de la censure, enjeu politique ou arme de communication, objet de préoccupations scientifiques ou sociales (pour le soigner, le reconstruire, le rajeunir, le modifier), le corps peut-il encore porter l’identité individuelle ou la mémoire collective ?

    Avec pour objets d’études le cinéma, la vidéo, la littérature, les arts visuels ou le flamenco, les vingt-deux contributions de ce volume, regroupées en cinq parties : « Le corps et la norme », « Corps en construction/corps en destruction », « Corps et identité nationale », « Corps et genres artistiques » et « Le corps à l’avant-garde », proposent de réfléchir à ces questionnements et nous montrent que, du début du XXe siècle à nos jours, sous le regard des artistes, le corps n’a cessé de créer le trouble et d’interroger notre rapport aux genres, aux modèles, les limites de notre tolérance et nos liens au vivant.

    Auteurs : C. Becerra Suárez, C. Belmonte Grey, J.P. Campillo, C. Cristini, M. Delannoy, P. Doucet, A.J. Gil González, S. Kerfa, L. Lavergne, E. Le Vagueresse, L. Montero, X. Nogueira, A. Pestaña, O. Pierrugues, R. Previtera, S. Pruvost, J. Rodrigues, M. Rodríguez Avis, S. Rodríguez, L. Royer, J. Sánchez, P. Turrión Borallo.

  • REGARDS SUR LE...

    Prix 29,90 €

    C. Iglesias, C. Orsisi-Saillet (Dirs)

    Terme polysémique, « Paysage » renvoie tantôt à une partie de pays que la nature offre à un observateur, tantôt à sa représentation (picturale, littéraire…). L’interaction entre espace et regard est au centre de ce volume d’Hispanística XX qui interroge cette réalité perçue et recréée par l’imaginaire, représentée, transfigurée dans et par l’art. Il pose la question du paysage passé au crible du regard d’un créateur et offert au spectateur ou au lecteur. Qu’il s’agisse de renouveler un genre pictural devenu académique, d’explorer les nouvelles possibilités d’interaction entre un sujet et son environnement ou de recréer un lien identitaire avec un espace perdu mais présent dans le souvenir, les artistes et écrivains étudiés se sont approprié les langages du paysage. Des rivages de la Méditerranée à ceux de l’Atlantique, des montagnes basques à la jungle amazonienne, des plaines désertiques aux constructions urbaines de Barcelone, Madrid ou Caracas, se dessine un parcours significatif à travers les multiples paysages, dépeints ou fantasmés, des mondes hispaniques contemporains.

    Auteurs : F. Aroca Iniesta, G. Dubois, E. Ferrer Montoliu, L. Lavergne, R. Ngouna, F. Parisot, S. Pelissier-Chaze, I. Real López, M. Ruíz Cano, D. Serber, M. Vion.

  • HISTOIRES DE...

    Prix 31,90 €

    A. Janquart-Thibault, C. Orsini-Saillet (Dirs.)

    Familles... Si le terme paraît des plus « familiers » – comme s’il allait de soi –, si tout le monde a sa propre représentation et sa propre expérience de la famille, il est pourtant de plus en plus malaisé d’en donner une définition universellement satisfaisante. Les dernières décennies ont, en effet, été marquées par de profonds bouleversements qui se traduisent en termes d’éclatement ou de recomposition de la traditionnelle famille nucléaire. Il semblerait que l’on soit passé de la Famille à des familles qui se déclinent selon une pluralité de modèles. À partir de ce constat, le présent volume se propose d’interroger le concept de « famille », avec ses histoires, ses secrets, ses configurations multiples, ses liens de sang ou de cœur, ses petits bonheurs et ses grands drames, dans un contexte linguistique, géographique et culturel précis – le monde hispanique contemporain – et autour de trois grands axes de réflexion : l’aspect linguistique, le rapport entre les histoires de familles et l’Histoire, pour finir avec les mutations (subversives ?) d’une famille placée « sur la sellette ». Ce parcours rend ainsi compte, à travers la langue, l’histoire culturelle et les arts, des multiples sens et des diverses configurations de la famille qui continue d’être une source d’inspiration inépuisable dans le monde contemporain.

    Auteurs : A. Abuín González, N. Aït Bachir, M. Álvarez, F. Bellido Peris, N. Besse, B. Brémard, M. Delannoy, H. Fretel, E. Larraz, A. López, L. Montero, X. Nogueira, N. Noyaret, In. Real López, A. Oddo, W. Orozco, S. Oury, G. Palomar, A. Pestaña, B. Riestra,  J. Rodrigues, A.R. Antequera, L. Royer, J. Sánchez, I. Villarmea, C. Viñals.

  • CORRESPONDANCES DE...

    Prix 29,90 €

    A. Janquart-Thibault, C. Orsini-Saillet (Dirs.)

    Quoi de plus intime que l’échange de correspondance – amoureuse, amicale, familiale – entre deux personnes qui, précisément, correspondent entre elles parce qu’elles se correspondent ? 
    Il sera question ici de cela, de lettres rendues publiques pour diverses raisons, celles d’épistoliers célèbres (François Mitterrand, Emilia Pardo Bazán) ou anonymes (exilés de la guerre d’Espagne, prisonniers argentins…).
    Faute de conserver la parole intime de ces personnages illustres ou des anonymes, on a par ces correspondances le sentiment – l’illusion ? – de mieux les connaître. On sait ce qu’ils ont pu penser, ressentir, on assiste en différé à leurs coups de cœur, à leurs coups de gueule, à leurs espoirs ou à leurs désespoirs, ils deviennent soudain nos semblables. C’est ce rôle dévolu à la correspondance privée qui en a fait un ressort de la littérature, sous diverses modalités. Depuis l’essai, sous forme de lettres ouvertes, dont les Lettres persanes de Montesquieu et les Cartas marruecas de Cadalso sont sans doute les exemples les plus célèbres et que l’on retrouve à l’époque contemporaine dans les Cartas cabales de Tomás Segovia, jusqu’au roman épistolaire ou les faux recueils de lettres prétendument découvertes par hasard, les variantes sont quasiment inépuisables. On connaît mieux les utilisations romanesques de la correspondance, mais la poésie elle aussi peut revêtir la forme d’un échange de lettres. On retrouve enfin le motif de la correspondance là où on l’attendrait le moins, à savoir dans les arts visuels ou le 7ème art. 

    Auteurs : Á. Marín Canals, S. Crinquand, J. González de Canales Carcereny, A. Guillard,  F. Montiel Rayo, N. Noyaret, B. Riestra,  J. Rodrigues,  D. Thion Soriano-Mollá, X. Nogueira, C. Viñals.

  • DES GÉNICIDES DANS LE...

    Prix 29,90 €

    É. Lavaud-Fage, C. Orsini-Saillet (Coords.)

    Le XXe siècle espagnol et latino-américain a été marqué par l’instauration de dictatures militaires et par la mise en place de politiques répressives d’une singulière violence. C’est dans ce contexte que, depuis les années 1990-2000 surtout, surgit avec insistance le concept de génocide pour qualifier la barbarie des mesures punitives. Il faut certainement voir dans l’apparition de ce terme dans les aires géographiques de langue espagnole une influence du contexte international dans lequel se tiennent des débats sur l’Holocauste mais il est pourtant vrai que l’utilisation de ce terme ne va pas de soi. En ce qui concerne l’Espagne, par exemple, il s’applique à des politiques de destruction qui visent des groupes non pas ethniques ou religieux, mais politiques. Parfois même il ne s’agit pas de personnes, puisque l’expression de « génocide culturel » est utilisée par des historiens pour évoquer des régions comme la Catalogne ou la Galice dont la langue vernaculaire – entre autres ostracismes – a été proscrite sous le franquisme.
    Ce volume d’Hispanística XX se propose donc d’entrer dans ce débat polémique en essayant de comprendre les raisons qui font qu’il existe, plusieurs décennies après les faits, une demande sociale pour qualifier certains événements historiques de « génocide ».Après une nécessaire mise au point historique et juridique, il rend compte de témoignages et de représentations construites par le biais de l’historiographie, du cinéma, des arts graphiques et de la littérature.

    Auteurs : C. Boix, D. Casimiro, C. González Canalejo, S. Large, E. Larraz, É. Lavaud-Fage, E. Le Vagueresse, J. Marco, N. Narváez Bruneau, X. Nogueira, D. Novati, C. Orsini-Saillet, A. Palau, S.G.H. Roberts.

  • MADRID CIUDAD-IMÁN....

    Prix 29,90 €

    P. Bravo, J.S. Duran Froix, P.P. Grégorio (Coords.)

    Depuis l’origine, une suspicion d’illégitimité semble peser sur Madrid capitale, ville parvenue qui, orpheline de droits historiques particuliers, aurait imposé sa préséance au reste de la Nation. Ville-aimant, capable d’attirer et de repousser, Madrid possède l’indéniable pouvoir d’aspirer des cohortes d’hommes et de femmes, étrangers à son idiosyncrasie mais animés d’espoirs de promotion sociale ou culturelle et qui, progressivement, façonneront son visage. Mais elle peut aussi symboliser, pour ceux qui ailleurs en Espagne manifestent leur désir d’une identité propre, la séculaire volonté de rejet de toute individualité jugée non conforme, née d’un arbitraire royal, celui de Philippe II, en 1561. L’originalité des travaux rassemblés dans cet ouvrage tient au large prisme adopté (gros plans sur le Madrid des XIXe et XXe siècles précédés par deux articles de contextualisation historique) ainsi qu’aux points de vue multiples évoquant la façon dont Espagnols et étrangers perçoivent la ville et rendent compte de la multiplicité de visages d’un Madrid protéiforme et kaléidoscopique, irrationnel, toujours inachevé.

    Auteurs : H. Bismuth, P. Bravo, B. Bramard, S. Buj, R.S. Coale, J.S. Duran Froix, P.P. Grégorio, C. Iglesias, V. Liard, J. Luengo López, P. Montoliú, A. Palau.